Types d’hellébores caducs

Ils ressemblent aux hellébores vivaces mais leur feuillage est caduc, helleborus viridis (l’hellébore vert) est une espèce d’une trentaine de centimètres qui se fleurit en couleur vert. Son feuillage très décoratif constitue un bon couvre-sol en plantation dense : Dix plantes au mètre carré. Helleborus purpurescens est d’un format identique à feuilles presque laciniées. Les fleurs penchées offrent de beaux coloris marron à l’extérieur et vert à l’intérieur. Planter ces deux espèces dans un tapis d’hépatiques à fleurs blanches ou pourpres.

Les plus grands hellébores:

Ces plantes atteignent une soixantaine de centimètres de haut dans l’année. Les tiges qui ont fleuri disparaissent au printemps en laissant la place à de nouvelles pousses vigoureuses. Trois espèces sont cultivées dans les jardins :

  • Helleborus foetidus (l’hellébore fétide) se trouve à l’état spontané dans les terrains calcaires jusqu’à plus de 1000 m d’altitude. C’est le plus vigoureux des hellébores, il est aussi le plus décoratif avec ses larges feuilles palmées de plus de 20 cm de large et d’un vert franc brillant, il offre une panicule de clochettes vert pâle à liseré pourpre du mois de janvier au mois de mars. Sa culture ne pose aucun problème : à l’ombre comme au soleil, sur sol frais comme sur sol sec !
  • Helleborus corsicus (l’hellébore de Corse) est un cousin du précédent qui pousse en montagne et reste rustique dans le reste de la France. Les feuilles sont divisées en trois larges lobes, leur couleur vert amande contraste avec la floraison vert vif.
  • Helleborus lividus (l’hellébore livide) est originaire des îles Baléares, les feuilles sont striées d’argent et ses fleurs vertes à liseré rose, protéger les pieds dans les régions à climat rude.

La plupart des espèces d’hellébores s’hybrident avec un peu de patience et de goût, le jardinier peut obtenir de nouvelles variétés.

Dans la même rubrique

Ajouter un commentaire