La variation de couleur change radicalement notre appréciation vis à vis de la pièce concernée: Appréciation agréable ou mécontente. Par défaut, on connait que le jaune est tonique, le bleu peut donner une sensation apaisante ou attristante selon son degré et le vert bleu permet de mieux favoriser le repos alors que le vert jaune  reflète la joie, le rouge est un indice de passion et le blanc est symbole de pureté et de silence contrairement au noir.

Indépendamment de style de décoration choisi, il s’agit de degrés et de proportions, de préférences personnelles mais également d’engouements passagers. A l’époque, les neiges scandinaves avaient été appliquer mais après, on commence à observer la tendance d’utiliser les couleurs éclatantes et par la suite, on a pu entendu d’une vague naturelle avec des nuances de la terre ainsi que du rotin. Il faut savoir que les pastels disparus depuis longtemps ont résisté avec force à l’opposé des violents bariolages qui émanent de l’Orient et en même temps, on a remarqué les vertus des matériaux utilitaires, le noir et le métal.

Tandis que les bruns sont encore dominants presque dans tous les styles décoratifs vu qu’ils répondent à la règle de « bon chic/bon-genre » dont on cite le gris comme exemple particulier qui a révélé des distinctions. D’après les psychologues, les couleurs sont parmi les éléments qui affectent l’état psychologique de la personne et il a donné deux exemples concrets: un sol sombre reflète la sécurité alors qu’un plafond bleu permet de sentir plus de liberté.

La lumière colorée:

Il y a une vraie liaison entre les couleurs et la lumière et cela est bien évident dès qu’il y a une couleur sombre qui ne donne pas la possibilité de réflexion des rayons lumineux donc il vaut mieux favoriser les couleurs claires dans les endroits sombres et vice versa.